Les entreprises et l’agroécologie

L’agroécologie et la transition agricole et alimentaire sont des sujets qui, au-delà du monde agricole, concernent également les entreprises. Nombre d’entre elles s’y sont déjà engagées. Qu’est-ce que cela signifie ? Quels en sont les contours et les enjeux ? Nina Bigaud, Responsable de l’innovation filière, nous en explique les tenants et les aboutissants.

Nina Bigaud

Ingénieure agronome

Responsable de l'innovation filière

02/03/2023

Pourquoi les entreprises s’intéressent-elles à l’agroécologie ?

Les raisons de s’intéresser à l’agroécologie sont nombreuses, et les entreprises l’ont bien compris ! 

Et la première d’entre elles relève du contexte actuel et de ses effets. Les entreprises ont besoin de sécuriser leurs approvisionnements en matières premières, dans un contexte de changement climatique qui affecte les rendements, et de volatilité des prix qui rend compliquées les relations avec les fournisseurs. L’enjeu pour elles est donc d’encourager des pratiques permettant plus de résilience au niveau des agriculteurs, et de sécuriser leur relation avec leurs fournisseurs dans la durée.

Ensuite, les entreprises ont une responsabilité sociétale formalisée sous forme d’une stratégie RSE fixant des objectifs environnementaux et sociaux liés à leur activité dont elles doivent rendre compte. Nous le voyons bien, les actualités des entreprises sont de plus en plus relatives à l’amélioration de leur bilan carbone, leur contribution pour préserver la biodiversité et les ressources naturelles, ou encore leurs engagements à pratiquer des prix rémunérateurs pour les agriculteurs. L’agroécologie est une solution pour répondre à ces objectifs et être en capacité d’en mesurer les résultats.

Enfin, les attentes des consommateurs sont grandissantes et poussent également les entreprises à mettre en place des pratiques vertueuses pour bénéficier d’une image de marque positive auprès de leurs clients et, plus largement, des citoyens.

Quelles sont les étapes pour s’engager dans la transition ?

Avant toute chose, je dirai que la première étape est d’en comprendre les enjeux. Pour cela, il faut former des équipes, aller sur le terrain pour rencontrer les producteurs et fournisseurs, échanger avec des experts de l’agroécologie. L’appréhension générale et le partage d’éléments de langage communs sont indispensables pour avancer collectivement. Pour une Agriculture du Vivant et ses partenaires proposent différents formats pour cette acculturation, notamment l’organisation d’un événement appelé les Défis de l’agroécologie, qui permet de soulever les enjeux et les freins afin d’identifier des solutions pour construire son propre plan d’action.

La deuxième étape, c’est de mesurer : d’où part-on en termes d’agroécologie chez les fournisseurs ? Quels sont les impacts économiques de la transition ? Quels bénéfices environnementaux peuvent être attendus ? L’Indice de Régénération et les simulateurs de trajectoire associés (boussole économique, boussole carbone) permettent de co-construire avec ses fournisseurs une ambition commune et des objectifs chiffrés réalistes, puis de piloter sa démarche et d’en évaluer régulièrement les résultats.

La troisième étape, c’est la transformation, c’est-à-dire déployer progressivement l’agroécologie sur différentes filières de production. Cela passe par un soutien technique et économique à ses partenaires pour accompagner leur progression, via des projets et des contrats avec ses fournisseurs pour sécuriser le changement de pratiques dans la durée. Pour une Agriculture a mis en place la Démarche de Régénération pour accompagner les entreprises dans ce changement d’échelle. Grâce à une procédure de contrôle reconnue par un organisme externe, l’association vérifie l’atteinte des résultats fixés et peut ainsi garantir une communication crédible des entreprises.

Comment contribuer collectivement à la transition ?

Très vite, l’entreprise qui s’engage pour l’agroécologie et construit son plan d’action s’aperçoit qu’elle ne parviendra à lever les freins rencontrés qu’en associant d’autres parties prenantes : il peut s’agir de partenaires scientifiques et techniques autour d’enjeux de R&D, d’autres opérateurs économiques qui s’approvisionnent auprès des mêmes fournisseurs pour représenter un volume d’achat critique, d’acteurs publics qui peuvent apporter un soutien économique complémentaire, etc. La participation à des programmes collectifs qui réunissent ces parties prenantes permet alors d’accélérer ces dynamiques d’innovation.

C’est quoi le graal pour une entreprise ?

Le graal, c’est : 

  • 100% des fournisseurs engagés en agroécologie
  • des producteurs bénéficiant d’une juste rémunération
  • des partenariats sur le long terme sécurisants pour toutes les parties
  • une image de marque renforcée qui se traduit dans une communication crédible
  • tous les bénéfices de l’agroécologie : le stockage de carbone dans les sols, la production de biodiversité, la gestion de l’eau, la qualité nutritionnelle des produits, le bonheur des agriculteurs !

La Démarche de Régénération proposée aux entreprises par Pour une Agriculture du Vivant est un parcours d’accompagnement adapté, éclairé et objectif pour leur permettre de faire évoluer progressivement leur fonctionnement et soutenir la transition agricole en visant un impact positif sur la planète. Ce parcours de transformation global leur permet ainsi de traduire concrètement des engagements RSE en actions et résultats dans les filières.

Pour soutenir la Démarche de Régénération dans les entreprises, signez notre Manifeste !

Découvrez aussi

Agri1 Copie
La colère des agriculteurs n’est pas nouvelle. Celle qui a longtemps grondé sans trouver d’écho raisonnable, est désormais libérée. Mais ne nous y trompons pas…...
Rex6
Échanger, partager ces expériences entre agriculteurs est l’une des clés essentielles pour que chacun d’entre eux s’engage sereinement dans la transition agroécologique ! Chaque...
Carbone4 RS
Carbone 4 accompagne la transformation des entreprises vers la décarbonation et l’adaptation au changement climatique  en les aidant à appréhender le monde qui se...