Les Défis de l'Agroécologie

Télécharger le dossier de synthèse

Pour un nouveau modèle agricole et alimentaire

L’objectif pouvait paraître écrasant : mener en deux jours des travaux qui resteront dans l’histoire de l’agroécologie comme un moment fort de convergence et d’accélération de la transition. Pourtant, pour relever ensemble ce beau défi, près de 200 acteurs représentatifs de l’écosystème agricole et alimentaire ont répondu présent à l’invitation du mouvement Pour une Agriculture du Vivant, l’Agence BIO et l’initiative 4 pour 1000, et se sont retrouvés sur le campus UniLaSalle de Beauvais, les 12 et 13 avril 2022.

Chacun apporte son expérience et ses convictions propres bien sûr, mais aussi ses interrogations et ses doutes, et tous sont animés par le même sentiment d’importance cruciale et d’urgence absolue à construire ensemble des voies et des moyens pour qu’un nouveau paradigme émerge et se diffuse, et vite. Ce nouveau modèle doit être une partie déterminante de la solution à la fois aux enjeux du climat, mais aussi de la biodiversité, du développement économique pour tous et notamment pour les producteurs.

Le travail débute par le partage d’une vision prospective de ce à quoi une agriculture qui a mené sa transition pourrait ressembler. Les points de vue très différents de producteurs, de chercheurs, d’acteurs de toute la chaîne de valeur, mais aussi d’un sociologue, d’une économiste, d’une réalisatrice de films, en dressent un portrait, chacun sous son angle, faisant émerger une vision ambitieuse et désirable.

Il est plus que temps de se retrousser les manches, et Anne Trombini invite chacun à l’audace pour relever ce Défi et construire ensemble un chemin vers cette vision maintenant éclairée.

Les travaux débutent par l’expression par chaque famille de parties prenantes des opportunités mais aussi des difficultés que revêt, pour eux spécifiquement, la transition. C’est l’occasion de partager sans s’opposer le champ de contraintes de chacun, et de réaliser au passage que les solutions ne peuvent être que collectives, tant les interdépendances entre les acteurs sont fortes. Les réponses techniques existent, en tout cas suffisamment pour faire déjà un pas de géant. Ce sont les fonctionnements collectifs, sur la chaîne de valeur « de la fourche à la fourchette » et dans la création et la diffusion des connaissances « du savoir au savoir-faire » qu’il faut maintenant déverrouiller.

Et Stéphane Le Foll nous rappelle que si elle revêt aujourd’hui un caractère d’urgence encore renforcé par le rapport du GIEC, la question n’est pas tout à fait nouvelle, et que plusieurs outils pour permettre d’y répondre sont d’ores et déjà en place. Il nous confirme que c’est maintenant aux acteurs eux-mêmes de prendre la main pour changer et faire encore évoluer le cadre.

Et pour cela, la communauté peut d’ores et déjà s’appuyer sur l’expérience des pionniers. Une vingtaine d’entre eux, présents, partagent leur expérience et le fruit de leurs apprentissages autour de 12 thèmes clés de la transition, dont l’Indice de Régénération pour construire piloter et valoriser les progrès sur les fermes. La richesse des discussions avec les porteurs permet ensuite aux participants de s’approprier et d’enrichir des premières solutions au service de leur transition, qu’elle soit individuelle ou collective. Ces solutions permettent d’accompagner, d’outiller, d’accélérer, de financer, d’organiser et de se prémunir contre les risques.

Pourtant pour que ces clés puissent pleinement jouer leur rôle, il faut encore lever un certain nombre de freins. Les participants en identifient 18 au soir de ce premier jour, avant de partager un dîner banquet haut en couleurs, en échanges, et en sourires.

Frais et déterminés au matin du 13 avril, les acteurs des Défis s’attaquent à ces freins et construisent des plans d’action et des initiatives pour les dépasser. Ils consistent en grande partie à sensibiliser voire former à l’agroécologie, et à mettre en place des règles collectives nouvelles, vertueuses pour chacun et pour l’ensemble.

Il est maintenant temps d’appliquer tout cela au service de projets très concrets. 20 projets sont proposés par les participants, chacun autour d’un porteur, et chaque participant va enrichir deux d’entre eux en y amenant son regard, en proposant d’y intégrer les propositions issues des travaux. Ces contributions ne doivent pas s’arrêter aux portes de Beauvais, chacun désigne alors les projets sur lesquels il souhaite continuer à être impliqué.

Vient ensuite le temps d’une prise de recul sur ces deux journées intenses, afin de poser ensemble les points clés de ce que chacun en retient, et des messages à diffuser largement à ses réseaux pour que la dynamique ouverte, collective, déterminée et solidaire créée au sein de cette communauté se diffuse largement. C’est aussi le moment de poser les demandes et revendications vers le politique pour qu’il mette en place à son niveau les conditions de succès pour accompagner et faciliter cette transition. Il est évident à ce moment que cette transition prend de plus en plus le visage d’une véritable révolution, certes non violente, mais que plus rien ne semble pouvoir arrêter !

Renseignez votre adresse mail pour recevoir

le dossier de synthèse des Défis de l’agroécologie 2022

* indicates required

Dans le 1er email, confirmez votre abonnement à la liste pour recevoir le dossier. 

Les partenaires

Share This