Fruits et Légumes en Occitanie

Retour sur la journée technique Fruits et Légumes en Occitanie

 

La journée technique Fruits et Légumes d’Occitanie du 23 janvier a rassemblé près de 350 personnes à Montpellier Supagro fédérant ainsi de nombreux acteurs et réseaux qui n’avaient jusqu’alors peu ou pas l’habitude de se rencontrer. Ce mélange des genres entre pionniers, débutants, instituts de recherche, centre d’expérimentation, fédérations et organisations professionnelles, techniciens, agriculteurs, coopératives, acheteurs… était très riche et enthousiasmant nous rappelant que l’agro-écologie, qui englobe la conservation des sols et la biodiversité fonctionnelle, est l’affaire de tous !

 

Bien qu’habituellement réservé aux grandes cultures, l’agriculture de conservation des sols se fait sa place dans le maraîchage et l’arboriculture. En effet, la réduction du travail du sol, la couverture permanente des sols, la complexification des systèmes et des paysages sont aussi des enjeux pour amener plus de vie, plus de services et plus de résilience dans les vergers et dans les fermes maraîchères en conciliant les besoins de production.

Pendant la matinée, se sont succédés de nombreux chercheurs dont Lionel Alleto, Olivier Husson, Jean-Pierre Sarthou … dressant un état des lieux des avancées scientifiques et techniques prometteur : augmentation rapide des taux de MO, résilience des vergers, réduction des attaques de ravageurs, amélioration de la rétention d’eau, amélioration de la structure des sols sont autant d’effets bénéfiques constatés grâce aux pratiques agroécologiques.
Toutefois, les scientifiques restent prudents : les effets positifs sont observés dans des systèmes aboutis combinant l’ensemble des pratiques agroécologiques dans des conditions de sol et de biodiversité qui fonctionnent !

Les agriculteurs et techniciens de l’après-midi lors des différents ateliers l’ont rappelé, les transitions sont difficiles et nécessitent bien souvent des compromis et des améliorations progressives pour tendre vers ce système abouti, résilient et performant.

 

En résumé, malgré des résultats certains, un important travail de recherche, d’expérimentation mais aussi de formation doit être poursuivi que ce soit par les instituts de recherche mais aussi par l’expérimentation des agriculteurs. Grâce à leur souplesse et leur réactivité, ils sont un vrai levier à l’accélération du changement de pratique et à la priorisation des sujets de recherche. Pour développer efficacement ces techniques et continuer à les améliorer, il est donc essentiel de (re)connecter l’ensemble des acteurs : agriculteurs, techniciens, chercheurs mais aussi les filières dans un même projet collectif : accélérer la transition agricole et alimentaire.

Cette journée a été l’occasion de poser les bases de ce projet commun et donnera certainement lieu à des coopérations intéressantes !

Voir la vidéo de la journée :