Commission filières – Test grandeur nature de l’Indice de Régénération Viticulture

Après un an de visioconférences, les acteurs de la commission filière ont pu se retrouver au cœur de la Provence terroir de la coopérative Estandon. Les adhérents ont pu partager leurs projets et échanger sur les solutions mises en œuvre par chacun. Cette journée a également été l’occasion de faire découvrir en avant-première l’Indice de Régénération Viticulture, dernier arrivé sur la plateforme agroecologie.org.

Un Indice de Régénération pour soutenir, accompagner et valoriser l’agroécologie en viticulture

Le mouvement compte une dizaine d’organisations (coopératives, transformateurs, distributeurs etc.) et près d’une centaine d’agriculteurs adhérents concernés par la production et la valorisation de la production viticole.  De nombreux partenaires de la transition utiliseront aussi l’Indice de Régénération dans la conception de leurs futures solutions, à l’instar de l’organisation d’investissement responsable LITA qui souhaite s’appuyer sur ce score pour garantir un soutien financier à des projets à impact positif. 

Considéré comme un véritable « juge de paix » au sein des filières, où il sert d’outil de pilotage, les acteurs du secteur viticole l’attendaient avec impatience. Florence JARD, chargée de mission viticulture chez Pour une Agriculture Du Vivant, a rappelé les bases de l’IR « Il s’agit d’un outil systémique où le sol a une place centrale : le travail du sol, la couverture du sol et le stockage du carbone représentent 60% du score total». Néanmoins les autres critères relatifs à la gestion phytosanitaire, la fertilisation, la formation et la biodiversité sont également importants dans le résultat final.

Le Vivant au coeur de l’organisation et des pratiques agricoles chez Estandon

Grâce à de nombreuses formations organisées chaque année pour les viticulteurs de la coopérative Estandon, ces derniers expérimentent l’agroécologie au vignoble avec des essais de différents couverts végétaux et d’agroforesterie (haies, arbres isolés ou îlots dans les parcelles). De nombreux paramètres sont mesurés pour quantifier les effets de ces pratiques sur la santé des sols, la santé des plantes, le stress hydrique mais aussi le gel. Les premiers résultats ont été présentés par Stéphan Reinig, responsable technique au sein de la coopérative. 

Chez Estandon, le Vivant ne se limite pas à la parcelle de vigne. Pour Philippe Brel, directeur de la coopérative, le Vivant est un tout qui s’exprime aussi dans l’organisation et la gouvernance horizontale au sein de la coopérative et avec les structures adhérentes.

La Compagnie des amandes fait renaître la production d’amande en Provence 

La France consomme plus de 40 000 tonnes d’amande chaque année. Notre pays a perdu la quasi-totalité de sa capacité de production d’amande (1000 tonnes/an). La Compagnie des Amandes renoue avec l’historique de production française en investissant dans l’amande « Made in France » dès le verger. Conduit dès le départ en agroécologie, ces nouveaux vergers d’amandiers sont aussi un moyen de relancer le travail de recherche agronomique et la création de casserie pour assurer la première étape de transformation des amandes et permettre leur mise sur le marché.

« Nous avons formé un de nos techniciens à l’utilisation de l’Indice de Régénération en arboriculture, et plus généralement à l’agroécologie afin de pouvoir apporter des éléments techniques et agronomiques solides à nos arboriculteurs partenaires. Nous savons que l’agroécologie est le meilleur moyen pour créer de la différenciation sur le marché. »

Eugénie COUTAGNE

Directrice technique , La compagnie des Amandes

Moët Hennessy engagé pour les sols vivants

Pour accélérer ses engagements sur les volets environnemental, social et sociétal, Moët Hennessy a créé en 2020 son programme Living Soils Living Together, dont l’un des piliers est dédié à la régénération des sols et la préservation de la biodiversité. Depuis près d’un an, PADV accompagne plusieurs projets Maisons, en Champagne et en Provence, basés sur la formation des équipes techniques à l’agroécologie et à l’indice de régénération, mais également à la mise en place de dispositifs expérimentaux autour des couverts végétaux et de l’agroforesterie.

« Cette approche collaborative est enrichissante. La formation et la sensibilisation des équipes terrain sur les sujets liés à l’agroécologie et aux sols vivants favorise le partage autour des problématiques rencontrées sur les vignobles, ce qui permet d’objectiver les essais menés dans nos Maisons. Nous souhaitons également améliorer notre capacité à mesurer les impacts réels de nos pratiques sur l’écosystème de la vigne. »

Lou DELADERRIERE

Chef de projet Sustainability, Moët Hennessy

La parcelle testée a obtenu un score de 60/100

Stephan Reinig, technicien au sein de la coopérative Estandon, nous a ensuite amené au sein d’une parcelle emblématique conduite en agroforesterie et avec des couverts végétaux en inter-rang. Ces indications ont permis à Florence de compléter un IR et d’estimer le score de la parcelle. Le producteur qui travaille sur cette parcelle a mis en place plusieurs méthodes : agroforesterie, couverture du sol, apport de matières organiques etc. Stephan nous précise que « sur cette parcelle de 1,5 ha de vigne, 2 rangs ont été retirés pour implanter 2 haies. Cela représente 374 plants et 16 variétés. Quelques arbres ont été installés dans le rang de vigne pour l’expérimentation. »

 

L’Indice de Régénération viticulture disponible sur agroecologie.org

L’Indice de Régénération Viticulture est déjà disponible ! Retrouvez-le dans sa version “simulateur” en accès libre sur la plateforme agroecologie.org, ou bien dans un format complet pour suivre et piloter la transition d’années en années, en accès réservé aux adhérents et aux techniciens qui suivent le programme de formation Technicien du Vivant.