Un mouvement pour agir

Pour une Agriculture du Vivant vient de la terre. Depuis 20 ans, des centaines d’agriculteurs et d’agronomes se sont associés pour mener des recherches dont le résultat est sans appel : en copiant la nature, nous pouvons produire plus et mieux, en en faisant moins. Forts de leurs pratiques et poussés par une urgence climatique, agricole et alimentaire, ils ont ressenti la nécessité de se constituer en mouvement pour accélérer la transition.

Une ambition : 

Nourrir les sols pour nourrir les hommes

  • Consolider le socle agronomique de l’agroécologie pour faire progresser toutes les formes d’agriculture vers des pratiques qui placent la fertilité des sols, le stockage du carbone et la biodiversité comme moteur de la production, base d’une agriculture nutritive et économe en intrants.
  • Structurer des filières agroécologiques pour rendre accessible au plus grand nombre une alimentation issue du vivant, saine et respectueuse du bien-être animal et mobiliser le consommateur sur l’accélération de cette transition.
  • Faire émerger un nouveau modèle économique agricole fondé sur l’optimisation des coûts de production, la juste valorisation de la production des externalités positives.
  • Créer avec l’ensemble des acteurs des dynamiques de territoire autour du vivant afin de développer une économie symbiotique et résiliente.

Nos missions opérationnelles

  1. Le développement agronomique

    Former et accompagner les agriculteurs en transition vers l’agroécologie grâce à l’expertise des agronomes et aux retours d’expérience des pionniers 
  2. La création de filières
    Mettre en relation les producteurs du Vivant et les acteurs de l’aval (distributeurs, coopératives, industriels, restaurateurs), accompagner ces derniers dans leur stratégie de sourcing.   
  3. L’acculturation
    Participer activement à la prise de conscience générale sur les enjeux liés à l’agriculture et à l’alimentation. Communiquer et partager massivement les avancées concrètes (pra- tiques et produits) issues de l’Agriculture du Vivant.

Les fondamentaux agronomiques de la démarche

  • Une agriculture des sols vivants et des fermes autonomes :
    – agriculture de conservation et couverture végétale permanente : un sol toujours couvert et jamais travaillé pour maintenir sa fertilité et réduire les coûts de production
    – agroforesterie et maraîchage sur sol vivant : du carbone intrant et de la biodiversité, moteurs de la production agricole
    – autonomie des élevages en protéine et bien-être animal : un troupeau en bonne santé pour un agriculteur heureux
  • Des services écosystémiques mesurés et mesurables
    – stockage de carbone dans les sols pour réduire l’impact du changement climatique : 4/1000 et au-delà (Voir l’initiative du 4 pour 1000)
    – réduction des pollutions et amélioration de la qualité de l’eau
    – augmentation de la biodiversité : dans le sol, au bord des champs et tout au long de la chaîne alimentaire
    – réduction de la dépendance aux produits phytosanitaires et aux ressources fossiles (combustibles et engrais minéraux)
  • Des pistes de travail pour établir la corrélation entre les sols vivants et haute valeur alimentaire des produits.
Share This